Quelques trucs simples pour la révision d'un texte

Quand vous rédigez un texte (un chapitre de votre thèse, un article, une demande de subvention, etc.), vient un moment où vous ne voyez plus rien et c'est ainsi que des fautes et des erreurs simples restent incorrigées. Les logiciels correcteurs comme Antidote font très certainement un bon travail, mais ils ne sont évidemment pas à l'épreuve de tout. Voici quelques trucs pour vous aider à y voir plus clair quand arrive l'étape de la révision :

  1. Si possible, prenez une ou deux journées de repos avant de vous atteler à cette tâche. Sans qu'il soit totalement frais, le regard que vous porterez après cette pause sera probablement "raffraîchi".
  2. Changez la police de caractères de votre texte : peu importe la police que vous utilisez, vous serez sans aucun doute très familier avec la présentation de votre texte. Faire une lecture avec une police complètement différente (mais tout de même lisible) casse l'habitude et vous fera voir votre texte sous un nouveau jour. (Idée piquée à Adam Costanzo)
  3. Lisez le texte à voix haute. Encore mieux : faites-le lire par un logiciel de synthèse vocale... un humain lisant un texte a tendance à remplir les trous et à corriger inconsciemment les erreurs. La machine qui lira votre texte, elle, vous donnera exactement ce qui est écrit. (Idée piquée à Dustin Luck)
    1. Si c'est votre thèse que vous révisez, la lire entièrement à voix haute est probablement une entreprise trop colossale pour que vous ayez envie de vous y attaquer... Un bon compromis est proposé par Peg Boyle Single : lire à voix haute uniquement les premières pages et aussi long que vous le pouvez du premier et du dernier chapitre. Cette technique ne vous exempte pas de réviser votre thèse en entier, mais vous force à porter une attention particulière aux endroits qui influenceront réellement vos examinateurs. Si vos premières pages sont truffées d'erreurs, un examinateur passera le reste de la lecture à chercher les fautes et s'attardera moins au contenu. À l'inverse, si la qualité de la langue est impeccable au début, l'examinateur sera pris dans le texte et ne portera plus attention aux erreurs par la suite.
  4. Le grand classique des classiques : faites lire votre texte par quelqu'un d'autre. Non seulement cette personne pourra corriger les erreurs grammaticales, mais elle pourra peut-être même vous souligner certaines faiblesses de structure et d'argumentation.