Comment évaluer son impact en tant que chercheur dans Web of Science

Outils disponibles:

Plusieurs outils permettent de savoir qui nous cite et combien de fois.

Comme Web of science s'appuie sur les revues ayant un facteur d'impact et que son module d'analyse est fort efficace, nous le suggérons pour les chercheurs publiant presque uniquement des articles de revues scientifiques.

Procédures

Il faut tout d’abord repérer et isoler toutes les publications de l’auteur contenues dans la base. Il y a plusieurs manières de faire, mais nous recommandons la méthode suivante pour des raisons de simplicité.

Menu Search

  1. Faire une recherche par auteur (Attention, choisir toutes les années disponibles OU, si la donnée est connue, toutes les années couvrant la vie professionnelle active de l’auteur).

  1. Cliquer sur le lien Create Citation Report, en haut à droite

  1. Parcourir la liste des références ainsi obtenues pour en retirer les références d’autres auteurs homonymes. Après avoir coché les références non pertinentes, cliquer sur le bouton GO en haut de la liste

  1. Parcourir chaque page une à une pour éliminer les références non pertinentes. IMPORTANT : Il faut cliquer sur GO à chaque page contenant une référence non pertinente à retirer des résultats.
  1. Une fois ce ménage complété, le résultat est une analyse statistique de l’impact bibliométrique du chercheur selon les données de Web of Science

 

 

Résultats

L’indice h est une mesure personnalisée de plus en plus utilisée en évaluation scientométrique. L’indice h est défini comme suit : a scholar with an index of h has published h papers each of which has been cited in other papers at least h times (Wikipédia).

L’indice h est évidemment plus bas pour un chercheur en début de carrière mais tend à se stabiliser après un certain nombre d’années. Sa valeur varie également beaucoup selon le domaine : plus il s’agit d’un domaine à fort taux de publications d’articles scientifiques, plus l’indice devrait être élevé. La comparaison entre disciplines peut donc s’avérer très délicate, voire carrément biaisée.

Il est important aussi de noter que l’indice h, dans Web of science, ne tient pas compte du taux d’autocitation. L’outil n’offre pas la possibilité de les retirer du calcul. Par contre, elles sont indiquées dans les résultats

Les résultats peuvent varier légèrement selon différents éléments, les trois principaux étant :

  1. les variations de noms d’une même personne (ex : Bernard Long vs Bernard F Long) qui rend le repérage de toute la production d’un même auteur plus complexe
  2. les auteurs homonymes (d’où la nécessité de bien prendre soin de les éliminer de la liste, car un homonyme ayant un bas taux de citations tirera vers le bas les résultats finaux, et vice versa)
  3. le contenu de la base (couverture et qualité). Une base qui n’inclut que des revues ayant des facteurs d’impact (WOS) aura un taux de citation plus faible qu’une base qui inclut à peu près n’importe quoi (comme Google Scholar) sans autre contrôle de qualité que l’origine « académique » des publications. De plus, les domaines académiques sont importants : un chercheur en géosciences, par exemple, ne pourra évidemment pas utiliser un outil spécialisé en chimie comme SciFinderScholar.

La méthode la plus sûre, dans les cas moins probants, reste probablement la comparaison des résultats de plusieurs outils, ces résultats étant alors assis sur une base plus variée et plus équilibrée de types de publications. Toutefois, le défaut est alors une impossibilité à fondre statistiquement les résultats en un seul et unique chiffre magique, qui serait un genre de Saint Graal des gestionnaires et des évaluateurs…