CORE, un imposant outil de recherche

in

L’outil CORE, du Open University Project (Grande Bretagne), est un outil de recherche émergent et désormais un des plus imposants au monde. Il agglomère des documents publiés provenant de fournisseurs de données du monde entier, y compris des dépôts institutionnels (tel que espace.inrs.ca), des répertoires thématiques et des sites d’éditeurs de revues.

CORE contient actuellement plus de 130 000 000 d’articles en accès libre, provenant de dizaines de milliers de revues ou recueillis dans plus de 3 600 dépôts de provenant de plus de 70 pays et en plus de 50 langues.

L’objectif assumé de CORE est  d'agglomérer tout le contenu en accès libre distribué dans le monde entier, quel que soit le système sous-jacent, et en fournissant un accès à travers une intéressante palette de services aux utilisateurs et aux fournisseurs de données.

Attention! Comme la majorité des agglomérateurs dont GoogleScholar, CORE ne fait aucune sélection de type qualitatif des articles qu’il indexe, avec pour résultat que des articles de très mauvaise qualité provenant d’éditeurs prédateurs, par exemple, se retrouvent mêlés aux meilleurs éléments[1]. Servez-vous toujours de votre jugement et au besoin des outils d’analyse (tel que Cabells blacklist ou le facteur d’impact de Clarivate Analytics).

Le contenu de CORE comprend des métadonnées et des publications en accès libre. Langues, origines des données et années de publications forment des facettes permettant de réduire les résultats de la recherche.

CORE offre ainsi des capacités d'exploration de texte et d'analyse non seulement sur les métadonnées, mais aussi sur le texte intégral des documents de recherche, faisant de CORE un service de grand intérêt pour la communauté. Par exemple, vous pouvez chercher des termes très spécifiques (noms de bactéries, acronymes, noms de laboratoires, etc.) et débusquer des documents pertinents même si vos termes de recherche n’apparaissent ni dans le titre ni dans le résumé. Par contre, pour le moment du moins, vous ne pourriez pas croiser un mot dans le corps du texte avec un mot obligatoirement dans le titre, une stratégie pourtant très efficace pour réduire le bruit de fonds dans vos résultats.

La même structure logique s’applique avec GoogleScholar mais avec une plus grande subtilité potentielle de recherche visible dans l’écran de recherche avancée.

Résultats de recherche

Comme il s’agit d’un outil agglomérateur de données provenant de sources variées, il arrive parfois que les liens deviennent désuets. Toutefois, le rafraichissement de l’index semble suffisamment rapide pour ne pas nuire à la qualité générale de la recherche.

Le tri des résultats se fait par Pertinence (relevance) ou par ordre chronologique inverse (rencency), bien que ce type de tri ne semblait pas fonctionner lors de nos tests.

Dans l’écran de résultat de recherche, un URL permanent (quoique fort long) permet de conserver une trace de la recherche et d’y revenir à une date subséquente pour y recueillir les nouveautés découlant de la même stratégie de mots clés et autres critères.

Une carte indiquant la position géographique du serveur source pour chaque document ainsi qu'une courte liste de suggestions d'autres documents opertinents liés à un document visualisé s’ajoutent aux finesses de l’outil

N'hésitez pas à contacter vos bibliothécaires pour en savoir plus!

CORE:  http://core.ac.uk/


[1] L’effet pervers est d’autant plus important que, contrairement à GoogleScholar, CORE ne trie pas les résultats sur le nombre de citations faites au document affiché (ce qui enverrait les documents de basse qualité vers la fin de la liste des résultats), mais sur un simple algorithme de pertinence basé sur les mots recherchés versus leur positionnement dans le document repéré.